Nouvelles formes d'emploi : menaces et opportunités

Mercredi, 13 Avril 2016

À la fin du mois de mars 2016, le Comité économique et social européen (CESE) a organisé une audition publique à Bruxelles sur « L’évolution de la nature des relations de travail, l’économie du partage, les contrats “zéro heure” et le salaire décent ». Le think & do tank POUR LA SOLIDARITÉ - PLS a assisté à l'événement, et en a fait un compte-rendu mettant en évidence les enjeux soulevés durant la séance. 

Depuis les années 2000, les marchés du travail européen et nationaux ont été traversés par de nombreuses transformations, ce qui a mené à l’émergence de nouvelles formes d’emploi (NFE). Conséquemment à la digitalisation et la flexibilité croissante des modèles de l’emploi, de nouvelles formes d’économie telles que l’économie du partage (ou collaborative) ont planté les jalons d’un dépassement des conceptions traditionnelles et conventionnelles de l’emploi, du statut des travailleurs et du droit du travail. Ces mutations ont été à l’origine d’un large panel de défis pour les législateurs dans des secteurs multiples, à savoir en particulier, la protection sociale, le dialogue social, les statuts légaux, les types de contrats, la taxation, les salaires décents et la négociation collective. L’idée (idéal) principal derrière ces changements est qu’il faut s’assurer que ces travailleurs 3.0 aient des « conditions de travail justes et équitables » (Esther Lynch, ETUC).

Deux approches s’affrontent souvent lors des débats autour de ces questions. L’une se focalise sur les impacts positifs que peuvent générer ces évolutions, tandis que l’autre considère pour le moment que les impacts sont plutôt négatifs. En réalité, ces approches ne sont que les deux faces d’une même pièce. D’une part, il est certain que ces NFE sont génératrices de création d’emplois et de croissance grâce aux innovations (sociales) et technologiques. Pourtant, pour certains, ces secteurs, encore pour le moment faiblement régulés, menacent les droits des travailleurs. Dans tous les cas, il faut adopter une vision équilibrée entre ces deux aspects, afin de tirer les meilleurs bénéfices de cette transition. Pour débattre de tous les enjeux que nous venons de mentionner, le CESE a organisé une audition publique réunissant dans un panel quadripartite des représentants des employeurs et des travailleurs, des décideurs politiques et des organisations de la société civile.

 

De gauche à droite sur la photo : Esther LYNCH (ETUC), Irini PARI (CESE), Claire COURTEILLE-MULDER (ILO), Wolfgang GREIF (CESE), Kathleen WALKER SHAW (CESE), Maxime CERRUTI (BusinessEurope) et Marco TORREGROSSA (EFIP).

Fichiers attachés: 

Pays: 

Union Européenne