Des pistes pour relancer l’attractivité des métiers du grand âge

Mercredi, 30 Octobre 2019

Si les métiers du grand âge sont en pleine expansion, ils rencontrent toutes les difficultés à recruter. Afin de pallier à ce manque d’attractivité, la ministre française de la santé a commandé un rapport publié hier. Ce dernier pointe du doigt les nombreux tels que des salaires trop bas ou encore le manque de reconnaissance.  Autant de défis à relever pour le gouvernement dans lesquels POUR LA SOLIDARITE-PLS s’implique déjà avec le projet européen AT HOME !

Revaloriser des métiers d’avenir

Afin de répondre aux enjeux liés au vieillissement de la population, la mission de réflexion préconise que l’Etat français investisse 825 millions d'euros chaque année et ce pour ouvrir 92 300 postes en cinq ans. Pour autant, embaucher n’est pas la solution miracle comme le démontre la suite du rapport qui met en exergue des problèmes structurels.

La pénibilité des emplois est l’une des raisons qui rend ces métiers si peu attractifs. Alors que les métiers sont physiques, le manque de temps passé auprès de chaque patient est un facteur de fatigue et de risque. On compte notamment un tiers de plus d’accident du travail dans ce secteur par rapport à celui du bâtiment.

Le faible niveau des salaires est d’ailleurs un répulsif supplémentaire, plafonnant souvent au SMIC voire en dessous. C’est d’ailleurs un secteur qui compte un nombre de ménages pauvres parmi les plus élevé, avec 17,5% contre 6,5% pour l’ensemble des salariés.

Face à cette situation, le rapport ouvre des pistes tels que la revalorisation des salaires mais aussi des frais de déplacement à domicile voire la mise en place de voiture de fonction. La hausse du personnel devrait permettre, quant à elle, de réduire la pénibilité de ces emplois et garantir des "conditions décentes d'intervention".

Une réforme de la formation

La formation est également un enjeu primordial pour renforcer le secteur. A ce titre, le rapport propose une refonte complète de l’accès à ces métiers avec la suppression complète du concours d'entrée aux écoles d'aide-soignant-e-s, la valorisation des filières par alternance ou encore la validation des "acquis de l'expérience".

Le projet européen AT HOME

Clôturé depuis peu, le projet européen AT HOME, dont POUR LA SOLIDARITE-PLS est partenaire, a eu l’ambition d'augmenter la qualité du maintien à domicile des personnes âgées. Le projet s’est structuré autour de deux axes : le développement des compétences professionnelles des aidants et le renforcement de la qualité de la prise en charge. Dans cett optique, les partenaires ont développé, en collaboration avec des étudiant-e-s, des outils qui permettent ensuite de valider un socle de compétence garantissant la bonne formation des aidants.

Les outils seront bientôt disponibles en ligne, n’hésitez pas à aller les consulter !