SCIC CG SCOP CDF

Action commune de la CG SCOP et la Confédération des Commerçants de France pour dynamiser les cœurs de villes

Mercredi, 6 Février 2019

Pour répondre au plan " Action Coeur de Ville " lancé par le Ministère de la Cohésion des territoires, la Confédération des Commerçants de France et la Confédération générale des Sociétés coopératives proposent conjointement d'accompagner la création des sociétés coopératives d'intérêt collectif (Scic).

Le plan " Action coeur de ville " est destiné à revitaliser 222 petites et moyennes villes de France préalablement sélectionnées. La Confédération Générale des SCOP (CG SCOP) et la Condédération des commerçants de France (CDF) s'unissent pour accompagner le développement de Scic afin de mettre en place une nouvelle gouvernance des commerces de centre-ville pour réorganiser et revitaliser la ville dans son ensemble. L'accompagnement consiste à apporter aux collectivités une expertise juridique et financière ainsi qu'une formation à la gestion coopérative et à la stratégie économique et commerciale.

Les Scic permettent de rassembler et d’associer à la gouvernance acteurs privés, publics, salariés et citoyens autour d’un projet économique commun. Elles permettent de gérer et d’animer collectivement le territoire via les outils, moyens et savoirs mutualisés par toutes les parties prenantes au projet.

Pour rappel, la Scic a été créée par la loi 2001-624 du 17 juillet 2001.

C'est une société de personnes. Coopérative car 1 personne = 1 voix pour le vote en assemblée générale. De plus, les sociétaires sont libres d'entrée et de sortie dans la coopérative. Elle est d’intérêt collectif car tous les associés se retrouvent autour d’un objet commun d'utilité sociale. Ancrée sur un territoire géographique ou au sein d'une communauté professionnelle ou encore dédiée à un public spécifique, la Scic rend des services aux organisations ou aux individus, sans restriction.

Une Scic doit obligatoirement associer des salariés, des bénéficiaires et un troisième type d’associé (entreprise privée, financeurs, association, …). Les collectivités territoriales peuvent aussi devenir associées et détenir jusqu’à 50 % du capital.

Cette action participe ainsi à la redynamisation des territoires via une démarche multipartenariale.